Chapitre 14 – Les Carmoni, disqualifiés !

Au cours de l’été, les Carmoni participent également au Tournoi du Printemps, joué au Mini-Putt de Fleurimont situé à Sherbrooke. Ce tournoi propose des positions télés, donc l’occasion est belle pour que Carl puisse se reprendre de son match sans retour enregistré au Jean-Talon quelques semaines plus tôt.

La météo s’annonce torride, mais Carl a prévu le coup : il s’est acheté une belle paire de bermudas multicolores.

Dès son arrivée, il se stationne par hasard à côté de la Chevette bleue des Bussières. Gilles aperçoit tout de suite l’accoutrement de Carl et, pince sans rire, lui lance : « Wow, belles shorts, mon Carl ! »

Imperturbable, Carl lui répond que ce sont ses shorts « Birdies » – en les portant, il s’assure de faire beaucoup de trous d’un coup !

Carl et ses bermudas « Birdies »

Contrairement à ses prédictions et en dépit de ses bermudas chanceux, sa performance n’est pas au rendez-vous. Il n’obtient pas la place télé qu’il convoite et finit même très en bas de la moyenne. Croisant à nouveau Gilles au moment de partir, ce dernier ne peut résister de taquiner son nouvel ami une dernière fois pour la route : « Bon, on dirait que tes shorts n’ont pas fonctionné ! »

Piqué au vif, Carl retire manu militari ses nouveaux bermudas et les lance de toutes ses forces dans le champ agricole voisin. Tant pis pour les shorts « Birdies » !

Vêtu uniquement de ses sous-vêtements, il embarque dans sa Chevrolet Nova de la même couleur brune que son ancienne Pontiac Ventura, la fameuse figurante du sketch RBO depuis longtemps à la ferraille. Suzanne et lui prennent le chemin de Lachine.

En cours de route, Carl se rend compte qu’il doit aller faire le plein. Il sort de l’autoroute et se rend dans une station-service. Presque nu, il demande à Suzanne de remplir la voiture à sa place. Voulant lui donner une leçon, elle refuse et exige que son mari le fasse; il a voulu jeter ses bermudas, maintenant qu’il en paie le prix !  

C’est donc un Carl en sous-vêtements qui active la pompe de carburant. Soudainement, une autre automobile se stationne près d’eux pour faire le plein. Carl disparaît aussitôt dans la Nova. Il a mis un seul dollar d’essence.

Une fois que les autres clients ont quitté les lieux, il ressort et continue l’opération. D’autres phares percent la nuit; Carl se cache. Deux dollars d’essence.

Ne voulant pas s’exposer ainsi à la vue du public, Carl prend finalement vingt minutes entrecoupées de longs séjours sur le siège du conducteur pour remplir son véhicule.

Lorsqu’il entre dans le dépanneur pour payer, il remarque que la caissière est très nerveuse et maintient une de ses mains en permanence sous le comptoir à proximité du bouton d’alarme. Il paie sans faire d’histoires et quitte finalement les lieux.


Vous avez apprécié votre lecture et voulez en savoir plus sur Carl Carmoni ?

Achetez « Birdie pour Carmoni »  en version papier ou en version électronique dès maintenant !